Présentation du dispositif

Depuis 2001, le dispositif Hôpital Hors les Murs propose, en partenariat avec la CDAG Fernand Widal, propose des dépistages VIH, hépatites B et C (VHB, VHC) et syphilis aux publics précaires, isolés, qui ne se rendent pas à l’hôpital, institution encore associée à de lourdes représentations négatives.

Les dépistages, conformément au cahier des charges de l’hôpital, se déroulent dans des conditions d’hygiène et de confidentialité identiques à celles offertes par les CDAG.

Ils répondent aux objectifs suivants :

  • Proposer un dépistage du VIH et autres IST ainsi qu’hépatites, hors les murs de l’hôpital, c’est-à-dire plus accessible aux personnes précarisées, exclues des dispositifs de droit commun;
  • Effectuer un dépistage et un diagnostic précoces dans le but d’une prise en charge socio-sanitaire dans des délais convenables et le plus précoce possible;
  • Prévenir et réduire les risques d’aggravation et de propagation;
  • Permettre d’entrer en contact avec un médecin et éventuellement,
  • Etre suivi dans une structure de soins de droit commun
  • Etablir un lien social par le biais médico-social;
  • Développer une dynamique de santé;
  • Promouvoir une forme d’autonomie individuelle.

Au sein  des structures partenaires essentiellement de proximité, en plus de la présence d’un médecin et d’une infirmière, Aremedia propose une animatrice de prévention chargée de l’accueil des volontaires pour le dépistage.

Enfin, dans le cas où le partenaire accueillant le dispositif bénéficie des services d’un médecin, les résultats sont remis aux usagers  par ses soins. Dans le cas contraire,  un travail de communication, d’orientation et d’accompagnement est effectué par AREMEDIA et la structure afin d’inciter les usagers à récupérer leurs résultats à l’hôpital. Ce travail favorise la création d’un lien entre ces derniers et les structures de droit commun.

 

Travail auprès des équipes

AREMEDIA initie l’élaboration d’un diagnostic et son analyse ; pour ensuite concevoir et mettre œuvre un projet de réduction des risques des infections sexuellement transmissibles auprès des usagers. Cette approche implique un travail de recensement  des risques identifiés dans la structure et leur incidence sur les personnes concernées et le service. Elle permet de mieux appréhender la problématique des prises de risques spécifiques au public accueilli.

Elle intègre par ailleurs un apport d’informations et de précisions autour des questions liées aux risques infectieux.

Le module, décliné en 5 ateliers mensuels de 2 heures, a pour objectif d’améliorer la prise en charge des risques liés aux pratiques sexuelles dans le cadre d’un accompagnement médico-social des usagers.

Il constitue, avec l’implication des usagers, une proposition de réponse aux contraintes de l’équipe concernant des échanges soutenus et approfondis avec le public sur ces questions.

Travail auprès des usagers

Les actions peuvent être de deux formes :
– En grand groupe

Les animations se font alors avec les personnes présentes, avec des outils (photolangage, films…) favorisant l’expression sur des thématiques assez larges (santé, accès aux soins, …) afin de libérer la parole, le partage d’expériences et de permettre l’identification de l’équipe d’AREMEDIA comme personnes ressources.

– En petit groupe

Rencontrés au fur et à mesure des grands ateliers, nous proposons alors aux usagers de s’impliquer davantage dans un projet plus ciblé et leur adhésion dépend alors de leur intérêt et de leur motivation, que nous nous efforçons de ne jamais brusquer.

Dès lors, nous organisons autant que faire se peut les séances à AREMEDIA afin que l’association devienne ainsi un autre lieu possible pour une forme de suivi plus individualisé.

Nous travaillons ensuite ensemble sur des outils d’information et de sensibilisation sur les IST que nous dépisterons lors d’une action ultérieure.

Ces ateliers seront ponctués de visites de structures de santé et seront clôturés par une présentation des productions.